top of page

DÉGRADATION DE L’ENVIRONNEMENT : Les ONGs et activistes s'opposent aux propos du ministre Gaoual



En mouvement pour une simulation de vente de fagot de bois à Gaoual, le porte-parole du gouvernement a publié une photo de lui sur sa page Facebook, où il a mis l’accent sur la comparaison des prix relatifs à ce négoce. Ce haut commis de l’État s’est vivent montré et prédisposé à faire ce commerce de bois une sorte de motif d’encouragement.

Mais c’est sans connaitre aujourd’hui la position des activistes de l’environnement ou même des citoyens lamdas. Aussitôt les critiques sonnent de partout et les internautes interpellent. Ledit post fait presque la Unedes réseaux sociaux mettant l’accent aussi sur la dégradation de l’environnement. Une réalité qui n’est pas à démontrer actuellement dans le pays surtout dans la zone où le ministre veut se lancer dans la coupe des bois.


A travers son post, le ministre des Télécommunications et de l’économie numérique a indiqué qu’à Conakry, le fagot de bois de cuisine se vend en moyenne à 30 milles francs guinéens et à Gaoual le prix varie entre 10.000 et 20.000 francs. Il poursuit en précisant ceci : « C’est pour cela que nous avons décidé de nous lancer dans le commerce du bois de cuisine.


La vente de bois pour la cuisine parait assez simple à première vue. Mais cela exige une étude préalable du marché et un investissement peu élevé de l’ordre de 20 millions pour l’achat de la fendeuse (prix d’achat, transport et douane), l’achat d’une tronçonneuse (15 millions) et un fonds de roulement de 10 millions. Soit un investissement total de 45 millions. Le bénéfice net attendu est de 75 millions la première année et 135 millions à N+1 et 170 millions à N+2… » dit-il.

Là, la colère est vive et perceptible. « Le fait de vendre du bois n'est pas mauvais, qu'il en plante sa propre plantation forestière et contribuer à la restauration des zones déjà dégradées. Sinon, c'est très grave pour un ministre de promouvoir la déforestation au moment où le monde crie à la menace du changement climatique » s’indigne Mamadou Diawara, Directeur Exécutif de Guinée Écologie.


Cet autre citoyen n’a pas donné sa langue au chat. Il met un coup de patte dans le plat, « Franchement nous ne voulons pas ce genre de projet à Gaoual. Il faut lutter contre la déforestation et surtout la vente de bois… », a écrit Mamadou Alpha Diallo.

Pour Alimou Sow, un autre internaute, connu pour sa plume pour les sujets de sociétés ne s’est pas fait attendre, « Le gouvernement cherche à promouvoir le gaz comme alternative à l’énergie issue du charbon du bois, « de l’autre côté à Gaoual, on coupe les bois… », dira-t-il.

Malgré les vives critiques et la mise en nu de cette action, Ousmane Gaoual Diallo tient mordicus à sa position. Une discussion s’est engagée en commentaire entre lui et un autre internaute. En répondant à un commentaire de Boubacar Baldé, qui estime que la hausse des températures dans la zone est due à la dégradation de l’environnement. « Mieux vaut faire la promotion des gaz domestiques ainsi que la restauration de la biodiversité afin d’améliorer le climat » réplique Ousmane Gaoual Diallo. Il ajoute en ces termes « C’est scientifiquement discutable. L’élevage y contribue massivement avec les conséquences sur la couche d’ozone. » dit le ministre.

Des ONGs comme Agir Contre le Réchauffement Climatique (ACOREC) dénoncent cet état de fait et appellent à des actions contre l’actuel ministre de la télécommunication et de l’économie numérique.


73 vues0 commentaire

Comments


bottom of page